Cliquez sur les différentes signatures pour découvrir chaque imprimeur

S'intéresser au sous-bock français ancien, c’est parler de son fabricant. Il peut être français (Leibenguth, Nuss, Jacquemin), allemand (Katz & Klumpp, Kurprinz) ou belge (Rob Otten Bruxelles). À côté de ces acteurs incontournables, une quinzaine de petits imprimeurs produisent des sous-bocks de façon sporadique pour des brasseries géographiquement proches (Gonfalon pour les brasseries du Nord, le Messin pour la Lorraine…).


L’entre-deux-guerres est marquée par l’hégémonie de la cartonnerie strasbourgeoise Leibenguth. La fabrique produit ainsi entre 1919 et 1939 plus de 440 sous bocks différents pour 115 brasseries.

La cartonnerie Sainte Marguerite dans les Vosges ainsi que celle de Frédéric Lenig à Strasbourg viennent compléter ce panorama. Les fabriques Lenig et Leibenguth cessent de produire des sous-bocks en 1939.


La production de sous bocks dans les années 50 et 60 est assurée par trois entreprises concurrentes : J.P Nuss, Jacquemin Sainte Marguerite, Katz und Klumpp et sa filiale française Soubofra. La concurrence entre ces acteurs est rude. Le rattachement de la Sarre à l’Allemagne en 1958 et le passage à la technologie d’impression offset sont des coups durs pour les imprimeurs français qui perdent des marchés importants.

La pratique montre que les brasseries faisaient appel à ces différents imprimeurs, sur une même période, pour imprimer des sous bocks identiques (notamment les brasseries Gruber, Amos, Kronenbourg). Cette pratique multiplie les variantes qui font le bonheur (et le casse tête !) du cervalobélophile.

La cartonnerie A. Leibenguth de Strasbourg, en 1930 (Entête facture)

Les imprimeurs de sous-bocks

        et cartonniers

Jusqu’en dans les années 60, la majorité des sous-bocks étaient « signés » par le fabricant, sur le bas du sous-bock. Ces signatures sont fondamentales car elles permettent de dater, assez précisément, le sous-bock. Cette pratique des signatures, que l’on retrouve dans les autres pays européens, disparaît avec l’avènement du sous-bock moins épais des années 70.



Aujourd’hui, tous les imprimeurs français historiques ont disparu. Le groupe Katz & Klumpp est devenu le leader mondial de la production de sous-bocks. La société française Hexagone assure le renouveau de la production française de sous-bocks.

Sous bock Leibenguth, vantant les qualités du sous bock extra spongieux de la firme strasbourgeoise. 1930

Non signés